Emmanuel Druon directeur général de l’entreprise Pocheco

“Nos choix écologiques nous permettent de faire face à la compétition internationale qui est pourtant virulente”

Depuis son arrivée à Pocheco en 1997, ce « patron atypique » pratique un nouveau mode de gestion singulier. Les bénéfices sont systématiquement réinvestis dans l’entreprise autour de 3 principes :

  • Améliorer les conditions de travail, réduire la pénibilité des postes
  • Augmenter la productivité de l’usine
  • Réduire l’impact des activités sur l’environnement.

Après 20 ans, malgré un marché ultra concurrentiel et la fin « annoncée » des enveloppes avec l’arrivée du courriel et de la « dématérialisation », l’entreprise poursuit ses activités et se développe. Ces 20 années ont permis de démontrer concrètement « qu’il est plus économique d’agir de façon plus écologique que de ne pas le faire ».

Comme le démontre l’histoire de cette entreprise, les « Ecolonomies » proposée comme mode d’action pour les entreprises, découlent directement des trois principes. En voici un exemple :

Les eaux usées industrielles sont aujourd’hui nettoyées par un bassin de bambous, les eaux de pluies sont intégrées dans le processus, l’entreprise a réduit de 80% ses consommations d’eau potable. Ces avancées ont été rendues possible par une décision, il y a plus de 10 ans.

Pour réduire la dangerosité et la pollution issus des encres et des solvants utilisés pour l’impression et le nettoyage des machines et valoriser la production, Pocheco participe à mettre sur pied la certification NF aux enveloppes.

Les couts évités (eaux, solvants, transport de déchets, traitements) permettent des retours sur investissements conséquents pour l’entreprise. Ils assurent d’année en année la pérennité du modèle et des emplois.

Comme détaillé dans les ouvrages « Ecolonomie, entreprendre et produire autrement », et « le Syndrome du poisson lune », ce même raisonnement s’applique à l’ensemble des activités de Pocheco.

Les écolonomies appliquées au bâtiment, aux produits, au transport, à l’approvisionnement, aux chaines de fabrications, à la gestion des ressources et de l’énergie, à l’implantation de la biodiversité sur son site … font de Pocheco un modèle unique, tant l’inventivité de cette équipe a été importante.

Pocheco est une réussite économique, avec ses 2 milliards d’enveloppes imprimées par an et ses 70% de parts du marché. Bâtiments isolés à la laine de verre, panneaux photovoltaïques, eau de pluie pour diluer les encres, sans solvants, et arroser les arbres fruitiers : chez Pocheco, l’économie circulaire n’est pas un vain mot ! « Il est plus économique de produire de manière écologique, affirme-t-il.

En 2018, par l’ensemble de ses écolonomies Pocheco est une industrie avec un Bilan Carbone « négatif ».

“Il est plus économique de produire de manière écologique.”

Reconnu par le Ministère de l’Environnement, sollicitée dans plus de 400 conférences en 2017 et mise en image dans le documentaire « DEMAIN », par Cyril Dion et Mélanie Laurent, l’entreprise Pocheco est regardée à la loupe pour inspirer les transformations de nos modes de faire, nos modes de vies.

Le travail de ces 120 salariés montre la voie et ouvre le champ des possibles pour les organisations et les territoires.

Avec la rigueur et l’implication nécessaire, a quoi ressembleraient nos territoires si nous leurs appliquions les principes de l’écolonomie ?